Financement de séances d' équithérapie ; de psychothérapie ABA et de psychomotricité - 69

Notre action

L‘Association Sourire d’Enfant vient en aide à la famille d’ ENZO, petit garçon de 5 ans AUSTITE, pour financer divers thérapies nécessaire au petit garçon.

Enzo est AUTISTE et a un retard du développement depuis son plus jeune âge. Il est suivi dans un Centre Médico-psychologique (2 fois par semaine). Mais il a besoin en parallèle de nombreux autres soins en dehors de cette structure, pour lui permettre d’évoluer, tous ces soins ne sont pas pris en charge. Le coût annuel est astronomique pour une famille ( environ 20 000. €) .
Il a un retard important du langage et de grosses difficultés dans la gestion des relations sociales. Il ne sait pas comment entrer en relation avec les autres. Il est enfermé dans son monde très restreint. Peu de personne le comprenne.

La maman a arrêté de travailler pour se consacrer entièrement à ENZO. Et le surveiller 24 h / 24 h;

L’Association Sourire d’Enfant a décidé de venir en aide a cette famille à hauteur de 4 136.00 €uros.
Pour le financement de :

  • Equithérapie – Saison 2014/2015/2016 pour 1 176.00 €
  • Séances de Psychothérapie ABA pour l’année 2015 pour 1 450.00 €
  • Séances de Psychomotricité pour l’année 2015 pour 1 510.00 €

Toutes ces thérapies sont nécessaire à l’épanouissement du petit garçon, pour l’aider à évoluer dans un monde qu’il a du mal a comprendre.

 

EN DECEMBRE 2015 :

La maman de ENZO a recontacté notre Association pour demandé un complément de Financement pour des Séances de Psychothérapie ABA.

Des difficultés familiales, venant s’ajouter aux problèmes liés à la maladie de ENZO, il est difficile pour la maman de faire face à tout
La maman a arrêté de travailler pour se consacrer entièrement à ENZO. Et le surveiller 24 h / 24 h;

L’Association Sourire d’Enfant a décidé de venir en aide a cette famille à hauteur de 700.00 €uros.
Pour le financement de :
– Séances de Psychothérapie ABA pour les 6 premiers mois de 2016 pour un montant de 700.00 €
Continué cette thérapie est nécessaire à l’épanouissement du petit garçon, pour l’aider à évoluer dans un monde qu’il a du mal a comprendre.

L’AUTISME ou plus généralement les troubles du spectre autistique (TSA) sont des troubles du développement humains caractérisés par une interaction sociale et une communication anormales, avec des comportements restreints et répétitifs. Les symptômes sont généralement détectés par les parents dès les deux premières années de la vie de l’enfant.
L’autisme semble associé à des différences de développement du cerveau, observable par la nature des réseaux de neurones et le fonctionnement de leurs interconnexions (ou synapses).
Les troubles du spectre autistique sont définis cliniquement et recouvrent une diversité d’état et de causes potentielles. On les explique en distinguant une part génétique complexe et des influences environnementales encore mal comprises, mais les recherches se poursuivent, en neurophysiologie, psychologie cognitive, épigénétique, etc.
L’histoire de la notion d’autisme est complexe, avec une évolution des critères de définition dont une en 2013 et une prévue pour 2015 dans différentes classifications. Plusieurs articles connexes couvrent plus en détail divers aspects de ce sujet.
Le 2 avril est la « journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme ».
En France, l’autisme est reconnu comme un handicap depuis 1996.
difficile à cause du regard des autres si ces tumeurs sont situées sur le visage ou les parties découvertes du corps.

 

D’après les recherches physiologiques
Des recherches ont identifié de multiples singularités physiologiques cérébrales chez des autistes.
On distingue depuis le début du XXIe siècle des différences au niveau du cerveau dans l’ensemble distingué par les critères cliniques. Les recherches en neurosciences ont ainsi rapporté des différences dans l’organisation du cortex, au niveau des dendrites (arborescences des neurones) et des synapses (connexion entre neurones), voire des modifications plus larges de structures cérébrales. Il est possible que les différences corticales apparaissent au cours d’un stade de développement anténatal.
En corrélation avec les déficits fonctionnels observés au niveau comportemental, il a été relevé que les enfants autistes auraient un nombre de neurones plus élevé et un cerveau plus gros.
Cependant, le 14 octobre 2014, dans une étude basée sur des données par imagerie par résonance magnétique (IRM), des chercheurs de l’Université Ben-Gourion du Néguev et de l’Université Carnegie-Mellon (États-Unis) ont montré que les différences anatomiques entre le cerveau d’individus de plus de 6 ans atteints d’autisme et celui de personnes du même âge ne souffrant pas d’autisme sont indiscernables. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont utilisé la base de données Autism Brain Imaging Data Exchange (ABIDE), qui a permis pour la première fois de procéder à des comparaisons de grande échelle de scanners IRM entre des groupes de personnes autistes et des groupes contrôle. Cette base de données est une collection mondiale de scanners IRM de plus de 1 000 individus, pour la moitié autistes, âgés de 6 à 35 ans.
À l’échelle des synapses, des études mettent en évidence des modifications dans le système des neurotransmetteurs, en particulier celui du transport de la sérotonine en association notamment avec des modifications de gènes impliqués. L’implication du système dopaminergique ou glutamatergique semble moins bien démontrée. Enfin, des études prometteuses sont en cours sur le rôle du système cholinergique, de l’ocytocine ou encore de certains acides aminés impliqués dans la neurotransmission.

 

D’après l’étiologie et la théorie
Les différents troubles liés à l’autisme semblent le plus souvent d’origine « multifactorielle, avec une forte implication de facteurs génétiques » et de nombreux facteurs de risques.


Historique

  • En Décembre 2015 nous avons remis un don de 700 €

    Madame, Monsieur,
    Par la présente, nous tenons à vous remercier pour votre soutien financier dans la prise en charge des soins médicaux de notre enfant ENZO (6ans) atteint d’autisme.
    En effet la subvention de 700.00 €uros que votre association nous a accordée, va nous permettre de prendre en charge la totalité des soins énumérés ci-dessous :
    Séances de Psychothérapie ABA pour l’Année 2016 = 700.00 €uros
    L’association « Sourire d’enfant » offre, de part son combat, une bulle d’oxygène à des parents démunis face aux contraintes budgétaires qu’imposent certaines pathologies.
    Encore un grand merci pour tout ce que vous faite
    LES PARENTS D’ENZO

  • En Avril 2015 nous avons remis un don de 4 136 €

    Madame, Monsieur,
    Par la présente, nous tenons à vous remercier pour votre soutien financier dans la prise en charge des soins médicaux de notre enfant ENZO (5ans) atteint d’Autisme.
    En effet la Subvention de 4136.00 €uros que votre Association nous a accordée, nous a permis de prendre en charge la totalité des soins :
    * Equithérapie saison 2014/2015 – 2015/2016 pour 1 176.00
    * Séances de Psychothérapie ABA pour l’année 2015 pour 1 450.00
    * Séances de Psychomotricité pour l’année 2015 pour 1 510.00
    N’ayant qu’un seul salaire au foyer, et devant des sommes exorbitantes que demande les soins d’ENZO, nous ne savions plus comment faire pour aider au mieux notre enfant. Votre geste apporte énormément pour nous, car nous pouvons d’ors et déjà commencer les soins et voir notre enfant s’épanouir.
    L’Association « Sourire d’Enfants » offre, de part son combat, une bulle d’oxygène à des parents démunis face aux contraintes budgétaires qu’imposent certaines pathologies.
    Encore un grand merci pour tout ce que vous faire.
    La famille DELCOURT

Faire une demande de financement

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de services tiers pouvant installer des cookies. Confidentialité - Gérer les cookies

Gérer les cookies